Jake May Jake May / The Associated Press

DÉTROIT — Le Montréalais Amor Ftouhi a franchi la frontière canado-américaine en toute légalité quelques jours avant de poignarder un policier à l’aéroport de Flint, au Michigan. L’attaque soulève des questions sur la sécurité le long de la frontière, notamment sur le nombre de personnes qui se voient refuser l’entrée aux États-Unis.

Voici des réponses à des questions qui reviennent souvent quant à la frontière entre le Canada et les États-Unis:

—-

Combien de personnes entrent aux États-Unis à partir du Canada chaque jour?

Le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis estime qu’en temps normal, il y a environ 216 000 personnes par jour qui franchissent la frontière américaine à partir du Canada. En tout, il y a en moyenne 1,2 million d’individus qui arrivent quotidiennement aux États-Unis à tous les points d’entrée. Selon les statistiques du département américain du Transport, le poste-frontière le plus fréquenté en matière de circulation non commerciale est celui entre Niagara Falls, en Ontario, et Buffalo, dans l’État de New York. Celle entre Windsor, en Ontario, et Detroit, au Michigan arrive en deuxième. Le suspect canadien lié à l’attaque de Flint avait franchi la frontière entre Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec et Champlain, à New York, selon la police.

—-

Combien y a-t-il de ports d’entrées pour aller aux États-Unis?

Selon les autorités douanières, il existe 328 points d’entrée, ce qui inclut les postes frontaliers terrestres et les aéroports internationaux partout aux États-Unis. Parmi cela, environ 100 sont établis le long de la frontière canado-américaine.

—-

Quel est le processus pour franchir la frontière?

Les voyageurs ont besoin de présenter un passeport, un permis de conduire spécial distribué dans certains États et provinces canadiennes, ou un laissez-passer Nexus, qui permet d’accélérer l’entrée de certains visiteurs. De tels documents sont requis depuis 2009 dans la foulée de plusieurs règlements mis en place après les attentats du 11 septembre 2001. Avant cela, il suffisait de rencontrer les douaniers et de présenter des pièces d’identité.

—-

Combien de personnes demeurent détenues aux frontières américaines ou se voient refuser l’entrée?

Selon les responsables des douanes américaines, environ 750 personnes ne peuvent pas entrer aux États-Unis chaque jour en raison de documents invalides, d’un visa expiré ou de la détention d’un dossier criminel dans un autre pays. Quelque 1140 personnes étant aux États-Unis illégalement sont interpellées quotidiennement. Pour l’année fiscale 2016, la police disait avoir interpellé 416 000 étrangers illégaux et environ 2300 d’entre eux étaient détenus à la frontière canado-américaine.

—-

Existe-t-il des exemples où les autorités ont arrêté de potentiels assaillants à la frontière canadienne?

Les agents de tous les points d’entrée identifient chaque jour environ 900 individus qui soulèveraient des inquiétudes liées à la sécurité nationale. Le porte-parole des services douaniers, David Long, a souligné que la «mission première» de l’agence était d’empêcher l’entrée d’assaillants ou d’armes au pays. L’arrestation d’Ahmed Ressam en 1999, qui transportait des explosifs dans sa voiture louée, avait suscité des questions sur la présence de potentiels terroristes provenant du nord de la frontière américaine. Ressam, qui avait été reconnu coupable d’avoir planifié une attaque à l’aéroport de Los Angeles, avait pris un traversier provenant du Canada.

—-

Combien y a-t-il d’agents douaniers aux frontières américaines?

Le nombre de douaniers américains a presque été multiplié par cinq depuis le début des années 1990, passant de 4000 en 1992 à 19 828 en 2016. Ce nombre a atteint un sommet en 2011, avec un total de 21 500 agents. La plupart d’entre eux travaillent près de la frontière avec le Mexique.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!