BRUXELLES — Le premier item au menu des négociations pour le Brexit — la protection des droits des citoyens — n’a pas fait consensus entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni, démontrant le possible marathon de pourparlers à venir.

La première ministre britannique, Theresa May, a déclaré avoir offert une proposition «sérieuse et juste» quant aux droits des citoyens européens habitant au Royaume-Uni, alors que le président du Conseil européen, Donald Tusk, a dit que l’offre était «en-dessous des attentes».

Le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a affirmé de son côté que «des milliers de questions» demeuraient sans réponse.

Les chefs des 27 États membres de l’UE ont demandé au Royaume-Uni de leur présenter plus de précisions sur comment les droits des 3 millions de citoyens européens résidant dans le pays seront protégés.

Theresa May insiste pour dire que l’UE doit offrir une protection similaire aux 1,5 million de Britanniques qui vivent sur le continent.

Mme May présentera une proposition plus étoffée, lundi, lorsqu’elle s’adressera au Parlement à Londres.

«Je veux rassurer les citoyens européens qui sont au Royaume-Uni, qui ont fait du Royaume-Uni leur foyer, que personne ne devra partir. Nous ne diviserons pas les familles. C’est une offre juste et sérieuse», a déclaré Theresa May.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a dit pour sa part que les parties ont une longue route devant elles.

Un commentaire qu’approuve Donald Tusk.

«Ma première impression est que la proposition du Royaume-Uni ne comble pas nos attentes et qu’elle pourrait empirer la situation des citoyens, a-t-il dit. Ce sera à notre équipe de négociations de se pencher sur chaque ligne de l’offre» a-t-il ajouté.

Theresa May a promis que l’avenir des citoyens européens serait une priorité dans les négociations pour le Brexit. Elle a dit de ces droits qu’ils seraient protégés lors du divorce politique.

Pour le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, préserver le droit de résidence des ressortissants européens est un objectif indiscutable et qu’un faux-pas sur le sujet démontre combien les discussions seront tendues.

Selon la proposition actuelle de Mme May, les citoyens européens qui possèdent la résidence légale au Royaume-Uni ne seront pas obligés de quitter le pays et auront la chance de régulariser leur situation après le Brexit.

La chef britannique a aussi promis de réduire le fardeau qu’occasionne la bureaucratie. Présentement, les ressortissants européens doivent remplir un formulaire de 85 pages s’ils désirent demeurer dans le pays.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!