Matt Dunham | The Associated Press

LONDRES — La première ministre britannique Theresa May a assuré, samedi, que son gouvernement soutiendra les autorités locales de Londres pour veiller à ce que les résidants de quatre immeubles à logements évacués en raison de craintes pour leur sécurité aient un endroit où rester.

Plus de 600 appartements ont été évacués dans la nuit de vendredi à samedi après que des inspecteurs eurent conclu que les immeubles du district de Camden, dans le nord de Londres, n’étaient pas sécuritaires puisque des portes coupe-feu, des installations d’isolement de conduites de gaz naturel et des matériaux de revêtement posaient problème.

Le revêtement et les matériaux d’isolation sont pointés du doigt dans l’incendie de la tour Grenfell, survenu le 14 juin, et qui a fait au moins 79 morts.

Des résidants soutiennent avoir été avertis peu de temps à l’avance qu’ils devaient évacuer leur logement, les forçant ainsi à devoir se tourner vers des foyers d’urgence.

L’étendue de la crise suscitée par l’incendie de la tour Grenfell continuait de s’élargir, samedi, alors que les autorités s’empressaient d’intervenir.

Des centaines de résidants pliaient bagage à la hâte et cherchaient des abris temporaires. Certains refusaient de quitter leur domicile.

Le conseil de Camden a affirmé avoir décidé d’évacuer les bâtiments du complexe de logements Chalcots Estate, tard vendredi, après que des inspecteurs en sécurité incendie eurent conclu que les tours d’habitation n’étaient «pas sécuritaires pour que les gens y dorment pour la nuit».

Ce sont désormais 27 tours à appartements au Royaume-Uni qui ont échoué aux tests de sécurité, lesquelles se trouvent dans les villes de Londres, de Manchester, de Plymouth et de Portsmouth, selon les informations rapportées par le gouvernement britannique samedi.

Le Conseil de Camden est la première autorité locale à avoir demandé à des résidants de quitter leur logement par mesure préventive. Environ 650 appartements ont été évacués, a-t-on précisé, alors qu’on parlait initialement de 800 appartements.

Le conseil a dit que les résidants devraient avoir à rester loin de leur chez-soi pour trois à quatre semaines, soit le temps que la sécurité des bâtiments touchés puisse être améliorée.

Le chef du Parti travailliste et candidat défait aux récentes élections britanniques, Jeremy Corbyn, a lancé à la première ministre May qu’elle devait offrir une réponse plus forte à cette crise qu’il a qualifiée de «menace nationale».

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!