The Associated Press

MULTAN, Pakistan — Alertés par des haut-parleurs d’une mosquée qu’un camion-citerne s’était renversé sur la route, bon nombre de villageois transportant des contenants se sont précipités vers les lieux de l’accident pour récupérer le carburant qui fuyait. Une tragédie les attendait: une vaste explosion les a emprisonnés dans les flammes, en tuant une grande partie, dimanche.

Le bilan du drame, qui s’est déroulé sur une autoroute nationale, à environ 100 km au sud-ouest de Multan, dans la province du Pendjab, s’élève à au moins 153 morts, hommes, femmes et enfants.

Plusieurs dizaines d’autres personnes étaient toujours hospitalisées dans un état critique, ont indiqué des responsables. Le docteur Javed Iqbal a dit que la plupart des patients souffraient de brûlures jusqu’à 80 pour cent de leur corps. Plusieurs ont été transportés par les voies aériennes vers des hôpitaux de Lahore et Multan.

Arrivé parmi les premiers intervenants sur les lieux de la tragédie, le policier Abdul Malik a dit n’avoir jamais rien vu de tel de toute sa vie. «Les victimes ont été piégées par une boule de feu. Elles appelaient à l’aide», a-t-il raconté.

Quand les flammes se sont atténuées, les intervenants ont vu des cadavres partout. «Plusieurs étaient réduits à l’état de squelette. Les survivants étaient vraiment en piteux état», a ajouté le policier.

Les carcasses carbonisées d’environ 30 motocyclettes utilisées par les villageois pour se rendre près du camion-citerne pour récupérer l’essence fumaient encore à l’arrivée des secours. D’autres véhicules ont brûlé dans l’incendie.

Les autorités devront avoir recours à l’ADN pour identifier plusieurs victimes tant celles-ci sont méconnaissables.

Le camion avait quitté la ville portuaire de Karachi et se rendait à Lahore, la capitale provinciale du Pendjab, lorsque le conducteur a perdu le contrôle du véhicule.

La police a tenté de sécuriser les lieux de l’accident, mais elle a été envahie par des dizaines de villageois qui se bousculaient pour atteindre le camion.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!