The Associated Press Shigehisa Takada, président de Takata

L’équipementier japonais Takata a demandé la protection de la loi sur les faillites à Tokyo et aux États-Unis, submergé par des poursuites judiciaires et des coûts de rappel liés à sa production de coussins gonflables défectueux, liés aux décès d’au moins 16 personnes.

La société a annoncé la nouvelle lundi matin, heure de Tokyo.

Takata a confirmé que la plupart de ses actifs seront achetés par son concurrent Key Safety Systems (KSS), basé dans la région de Détroit, pour environ 175 milliards de yens, près de 2 milliards de dollars canadiens.

Takata devrait continuer ses activités le temps de fournir les pièces nécessaires aux rappels, ont annoncé les deux sociétés dans un communiqué.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!