Anonymous Anonymous / The Associated Press

LA HAYE, Pays-Bas — Le gouvernement des Pays-Bas a été jugé partiellement responsable de la mort de quelque 300 musulmans en 1995 à Srebrenica, en Bosnie-Herzégovine.

En juillet 1995, ces victimes ont fait partie d’un groupe d’environ 8000 hommes et garçons qui ont été massacrés par des Serbes bosniaques lors de la guerre qui a déchiré l’ancienne Yougoslavie.

Ce mardi, un tribunal d’appel néerlandais a jugé que les Casques bleus des Pays-Bas, qui étaient présents à une base militaire de la région de Srebrenica, auraient dû agir pour protéger les victimes.

Le tribunal maintient ainsi un jugement rendu par une cour inférieure en 2014, mais réduit considérablement le dédommagement accordé aux proches des victimes.

Le juge Gepke Dulek de la Cour d’appel de La Haye estime qu’en restant les bras croisés devant des gens qui demandaient leur protection, les Casques bleus néerlandais les ont privés d’une chance de rester en vie.

La décision a été applaudie par Amnistie internationale. Le groupe de défense des droits de la personne estime que le jugement démontre clairement que les Casques bleus ont le devoir de protéger les civils, et que leurs gouvernements pourront être tenus responsables de leurs gestes.

Le massacre de Srebrenica a été la pire tuerie en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!