Khalid Mohammed | The Associated Press

MOSSOUL, Irak — Une contre-offensive de Daech (le groupe armé État islamique) dans l’ouest de Mossoul a stoppé la progression des forces irakiennes dans la Vieille ville, a confié mardi un militaire irakien.

Cette attaque a contraint les forces irakiennes et de la coalition américaine à se replier partiellement de la Vieille ville pour reprendre le contrôle des quartiers de Yarmouk et de Tanak, qui avaient été déclarés libres de Daech en mai.

L’offensive met en évidence la résilience des militants sunnites à Mossoul, la deuxième ville d’Irak, même après plusieurs mois d’affrontements féroces.

L’officier irakien a confié, sous le couvert de l’anonymat, que la contre-offensive a été lancée dimanche par des dizaines de djihadistes déguisés en paramilitaires chiites. Le lendemain, a-t-il dit, des frappes aériennes de la coalition ont tué une quarantaine de militants dans la portion ouest de Mossoul.

Daech ne contrôle plus qu’une portion d’environ deux kilomètres carrés dans la Vieille ville de Mossoul, où la situation était plutôt calme mardi.

Les djihadistes ont détruit la semaine dernière la mosquée Al-Nouri de Mossoul. C’est pourtant du sommet du célèbre minaret incliné de cette mosquée construite au 12e siècle que son leader, Abou Bakr al-Baghdadi, avait proclamé la naissance de son califat, il y a trois ans.

Le minaret de la mosquée Al-Nouri, aussi connue sous le nom de Grande mosquée de Mossoul, s’inclinait comme la Tour de Pise depuis 840 ans.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!