The Associated Press

WASHINGTON — Les Européens perçoivent un peu moins favorablement les États-Unis sous la présidence de Donald Trump, selon un sondage d’opinion réalisé dans une trentaine de pays moins de deux semaines avant que le président américain ne retourne sur le vieux continent.

L’enquête du Centre de recherches Pew publiée lundi a aussi démontré le manque de confiance des pays étrangers sur le leadership du nouveau président, alors que plusieurs s’opposent à la construction d’un mur à la frontière américano-mexicaine et au retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat.

Donald Trump serait ravi d’entendre qu’une majorité le considère comme un dirigeant fort. Mais cette vision positive est contrebalancée par des majorités écrasantes qui le croient arrogant, intolérant et dangereux.

L’année dernière, une médiane de 61 pour cent de citoyens étrangers avaient une opinion favorable des États-Unis en France, en Allemagne, en Pologne, en Espagne, et au Royaume-Uni, comparativement à une médiane de 26 pour cent d’opinion défavorable.

Depuis l’arrivée de Donald Trump il y a cinq mois, la médiane se situe à 46 pour cent d’opinion favorable, et à 52 pour cent d’opinion défavorable.

C’est la première fois depuis la dernière année au pouvoir de George W. Bush que la perception des Européens est plus négative que positive, selon ce sondage.

Les chiffres de George W. Bush avaient chuté après que les États-Unis eurent envahi l’Irak en 2003 et n’avaient jamais remonté beaucoup dans certains pays qui dénonçaient sa «diplomatie de cowboy».

Les résultats se basent sur des entretiens en personne et au téléphone réalisés auprès de 40 447 participants dans 37 pays entre le 16 février et le 8 mai.

Ce virage dans l’opinion des États-Unis a été dévoilé moins de deux semaines avant que Donald Trump ne visite la Pologne et l’Allemagne après les célébrations du 4 juillet.

Le premier séjour à l’étranger du président l’avait mené au Moyen-Orient, puis en Belgique et en Italie, où il avait exhorté les alliés de l’OTAN a augmenter leurs dépenses en matière de défense.

M. Trump avait déçu plusieurs leaders étrangers en refusant de donner son appui à l’Accord de Paris qui avait été conclu en 2015 sous la présidence de Barack Obama.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!