WASHINGTON — L’administration de Donald Trump a fait savoir, mardi, qu’elle avait détecté «des préparatifs intensifs» en Syrie visant à perpétrer une nouvelle attaque chimique et la Maison-Blanche a prévenu qu’elle riposterait si le régime de Bachar el-Assad passait à l’action.

Le Pentagone a révélé que les activités repérées par les États-Unis se déroulaient à la même base aérienne où des avions chargés de gaz sarin avaient décollé le 4 avril, tuant par la suite près de 90 personnes.

À titre de représailles, le président Trump avait ordonné une attaque avec un missile de croisière contre la base militaire.

Le gouvernement syrien nie toujours utiliser des armes chimiques et a rejeté une fois de plus les allégations de Washington, mardi.

Les deux principaux alliés de la Syrie, la Russie et l’Iran, ont également vilipendé les allégations américaines. Le ministre iranien des Affaires étrangères a qualifié la menace américaine d’«escalade dangereuse» et un député russe de haut rang a accusé les États-Unis de «provoquer» la Syrie.

Les informations transmises par le Pentagone n’indiquent pas clairement si les États-Unis croient que l’attaque est imminente. Néanmoins, la Maison-Blanche n’a laissé aucun doute sur son désir de riposter le temps venu.

«Nous avons observé des activités à la base aérienne Shayrat qui suggèrent une possible intention du régime syrien d’utiliser une nouvelle fois des armes chimiques», a déclaré le porte-parole du Pentagone Adrian Rankine-Galloway.

Il a ajouté que la brutalité du président el-Assad représente une menace pour la région et pour les intérêts américains et que toute attaque commise avec des armes de destruction massive pourrait inciter d’autres États ou acteurs internationaux à utiliser à leur tour ce type d’armes.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!