AP

CHICAGO — Trois policiers de Chicago ont été accusés, mardi, d’avoir comploté pour camoufler les actions d’un policier blanc qui a tué par balle un adolescent noir de 17 ans.

Dans la mise en accusation annoncée mardi, un grand jury du comté de Cook allègue qu’un agent de police et deux ex-policiers ont menti au sujet d’événements qui se sont déroulés le 20 octobre 2014, quand l’agent Jason Van Dyke a tiré 16 fois sur l’adolescent Laquan McDonald.

Les versions des faits des policiers entrent en contradiction avec ce qui peut être vu dans une vidéo policière. Cet enregistrement montre un l’adolescent qui tournoie après qu’on eut tiré sur lui pour ensuite tomber au sol. Le policier continue ensuite de tirer coup après coup.

Selon la mise en accusation, les policiers accusés ont menti en soutenant que l’adolescent avait brandi un couteau «de façon agressive» et qu’il avait tenté de se relever du sol en étant toujours armé après avoir été atteint par balle.

La mise en accusation allègue en outre que les accusés ont menti quand ils ont dit que Laquan McDonald a ignoré les commandes verbales de M. Van Dyke.

La question de savoir si le système légal américain est propice à punir des policiers refait surface partout aux États-Unis, et ce, tout particulièrement depuis que deux agents eurent été acquittés, respectivement à Cincinnati et au Minnesota, dans des dossiers relatifs à la mort de Noirs.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!