AP

PARIS — Le président Emmanuel Macron a entrepris mercredi de réformer les lois du travail en France, ce qui compte parmi les projets les plus importants et les plus explosifs de sa présidence.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a déclaré sur les ondes de la radio RTL que le gouvernement veut changer les règles dans l’espoir d’abaisser un taux de chômage qui reste en orbite autour de 10 pour cent.

Un projet de loi a été présenté au cabinet mercredi, mais les syndicats craignent de perdre plusieurs protections. Le gouvernement propose ainsi de limiter les pénalités financières imposées aux entreprises poursuivies pour avoir congédié un employé et de donner aux compagnies plus de flexibilité pour définir leurs règles internes.

Le gouvernement souhaite utiliser une procédure spéciale pour faire adopter les mesures dès cet été, sans longs débats parlementaires.

Mme Pénicaud, l’ancienne responsable des ressources humaines du géant alimentaire Danone, a dit que les Français attendent cette réforme, comme ils l’ont démontré en accordant un mandat aussi clair à M. Macron, un politicien du centre favorable aux forces du marché.

Elle a insisté pour dire que le gouvernement ne s’accorde pas de chèque en blanc et que le projet de loi pourrait toujours être amendé. La réforme fera l’objet de 48 rencontres avec des syndicats et des groupes de travailleurs, a dit la ministre.

Les détails de la réforme seront dévoilés à la fin du mois d’août, a dit Mme Pénicaud lors d’une conférence de presse.

M. Macron espère abaisser le taux de chômage à 7 pour cent d’ici la fin de son mandat en 2022.

Le syndicat CGT a appelé à un jour national de manifestations et de grèves contre la réforme le 12 septembre.

Les tentatives précédentes pour réformer le marché du travail français ont vu des dizaines de milliers de personnes descendre dans les rues.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!