AP L'ambassadeur nord-coréen Kim In Ryong

NEW YORK — L’ambassadeur nord-coréen aux Nations unies a déclaré mercredi que son pays continuerait à développer son arsenal nucléaire nonobstant les sanctions, les pressions ou même les attaques militaires contre lui.

Devant le Conseil de sécurité de l’ONU, Kim In Ryong a indiqué qu’en cinquante ans, la Corée du Nord et les États-Unis ne se sont jamais autant approchés d’une guerre nucléaire que lorsque l’armée américaine, de concert avec la Corée du Sud, a entrepris ce qu’il a dépeint comme des manoeuvres «agressives» en avril et en mai.

Il a reproché à l’administration de Donald Trump d’adopter une politique étrangère «hostile» et dépassée.

Kim In Ryong a accusé Washington de vouloir conserver un avantage militaire en Asie dans le cadre de son «rêve de domination mondiale». Le peuple nord-coréen a conclu que pour défendre ses droits et sa souveraineté, il doit riposter, a-t-il exposé.

Il s’agissait d’une rare apparition de l’ambassadeur nord-coréen devant le Conseil de sécurité, dont il boycotte les rencontres traitant des sanctions imposées contre son pays. La séance de mercredi portait sur la mise oeuvre d’une résolution adoptée en 2004 pour empêcher que des extrémistes, des terroristes ou d’autres acteurs non-étatiques ne mettent la main sur des armes chimiques, biologiques ou nucléaires.

Les États-Unis modernisent leur arsenal nucléaire, mais ne permettent pas à d’autres pays «de tester ou de lancer tout objet dont le nom comprend les mots  »nucléaire » ou  »ballistique »», a dénoncé Kim In Ryong .

«C’est vraiment le sommet de l’arrogance éhontée, de l’attitude moralisatrice et du double standard», a-t-il lancé.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!