r.ruiz r.ruiz / The Associated Press

WASHINGTON — L’administration du président américain Donald Trump a émis ses nouveaux critères pour l’entrée aux États-Unis de réfugiés et de ressortissants de six pays à majorité musulmane, après que la Cour suprême eut autorisé la mise en oeuvre partielle de son controversé décret migratoire.

Lundi, le plus haut tribunal des États-Unis a donné le feu vert pour l’entrée en vigueur d’une version limité de ce décret, largement perçu comme antimusulman. Les magistrats ont toutefois tranché que les voyageurs qui entretiennent une «relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis» ne pourront pas être refoulés.

Or, il revient aux avocats de la Maison-Blanche de déterminer ce qui caractérise une telle relation.

En vertu des directives transmises aux ambassades et aux consulats américains mercredi, les ressortissants de l’Iran, de la Libye, de la Somalie, du Soudan, de la Syrie et du Yémen devront prouver qu’ils ont un parent, un enfant, un époux, un gendre, une belle-fille, un frère ou une soeur en territoire américain pour être admissibles.

Les grands-parents, les petits-enfants, les oncles, les tantes, les nièces, les neveux, les beaux-frères, les belles-soeurs, les fiancés et d’autres membres de la famille ne sont pas jugés assez «proches» pour justifier une demande de visa.

Cette nouvelle forme du décret migratoire doit entrer en vigueur dès jeudi selon le cablôgramme obtenu par l’Associated Press.

Le département d’État a également statué que les relations professionnelles ou d’affaires doivent être «formelles, documentées et formées dans le cours normal des affaires plutôt que dans le but d’échapper» au décret. Les journalistes, les étudiants, les conférenciers et les travailleurs qui ont des invitations ou des contrats légitimes aux États-Unis pourront y entrer, est-il précisé.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!