AP

MOSSOUL, Irak — Le premier ministre irakien a proclamé la fin du soi-disant califat de Daech, jeudi, après la reprise de la mosquée de Mossoul que le groupe armé État islamique avait dynamitée la semaine dernière.

Le premier ministre Haïder al-Abadi a annoncé sur Twitter «la fin du faux État islamique», tandis que les affrontements se poursuivaient en soirée à Mossoul, la deuxième ville la plus peuplée du pays.

La reprise de la mosquée construite au XIIe siècle est hautement symbolique, car c’est du sommet de son célèbre minaret incliné que le leader de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, avait proclamé la naissance de son califat, il y a trois ans.

Avant sa destruction, le minaret de la mosquée Al-Nouri, aussi connue sous le nom de grande mosquée de Mossoul, s’inclinait comme la tour de Pise depuis 840 ans.

Le lieutenant-général Abdoul Wahab al-Saadi a confié à l’Associated Press que ses hommes s’étaient emparés de la mosquée et des rues avoisinantes jeudi après-midi, dans la foulée d’une offensive lancée à l’aube.

Les djihadistes défendent avec acharnement les deux kilomètres carrés qu’ils contrôlent toujours dans la vieille ville de Mossoul, où quelque 50 000 personnes seraient prises au piège selon les Nations unies. Les forces spéciales irakiennes font aussi état de la présence de quelque 300 djihadistes, qui demeurent cachés dans les allées étroites de ce quartier densément peuplé.

Au Pentagone, le porte-parole de la coalition internationale menée par les États-Unis, le colonel Ryan Dillon, a avancé que la bataille de Mossoul tirera sans doute à sa fin «d’ici quelques jours plutôt que quelques semaines».

Un autre officier des forces spéciales irakiennes, le major-général Sami al-Aridi, a expliqué que ses hommes avaient aperçu les corps de centaines de djihadistes en avançant vers la vieille ville. Il a aussi reconnu que les frappes aériennes et d’artillerie avaient fait des victimes civiles.

«Les maisons sont très vieilles, a-t-il exposé. Donc, tout bombardement provoque leur effondrement complet.»

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!