PARIS — L’attaque informatique qui a déferlé sur la planète mardi semble avoir été neutralisée, et des experts se demandent maintenant si elle était réellement l’oeuvre de criminels qui souhaitaient s’enrichir.

Un enquêteur de la firme américaine de sécurité informatique Symantec, Gavin O’Gorman, a écrit sur un blogue que le but réel de l’attaque était peut-être «de nuire à un nombre important d’organisations ukrainiennes».

Il a tout d’abord semblé s’agir d’une attaque au «rançongiciel», un virus qui verrouille le contenu d’un ordinateur en attendant le versement d’une rançon.

M. O’Gorman et d’autres analystes ont toutefois fait remarquer que les malfaiteurs présumés auraient peiné à profiter de la situation pour s’enrichir, puisqu’ils n’utilisaient qu’une seule adresse de courriel qui a rapidement été neutralisée. Leur seul compte Bitcoin, quant à lui, n’a reçu que l’équivalent de 10 000 $ US.

D’autres, comme la firme russe de cybersécurité Kaspersky Lab, affirment que des indices trouvés dans le code du programme démontrent que les créateurs du virus auraient été incapables de déchiffrer les données encodées de toute manière, ce qui porte à penser que la demande de rançon n’était qu’un écran de fumée.

Le moment de l’attaque en laisse aussi plusieurs perplexes, puisqu’elle a été perpétrée le même jour que l’assassinat d’un responsable des renseignements militaires ukrainiens et la veille d’un congé national qui souligne la signature d’une nouvelle constitution après l’indépendance face à l’Union soviétique.

La plupart des compagnies touchées par l’attaque de mardi s’étaient rétablies, jeudi, mais quelques-unes, comme le géant des transports A.P. Moller-Maersk, faisaient toujours état de problèmes.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!