AP Theresa May

LONDRES — Le gouvernement minoritaire conservateur de la première ministre britannique Theresa May s’est assuré de justesse du soutien des législateurs, jeudi, non sans avoir fait une concession de dernière minute sur le financement de l’avortement pour éviter un revers.

La Chambre des communes a voté à 323 voix contre 309 pour approuver le discours du Trône de la semaine dernière, qui établit le programme du gouvernement pour les deux prochaines années.

Ce programme politique abandonne plusieurs promesses électorales faites par les conservateurs avant le scrutin du 8 juin, au Royaume-Uni, qui s’est soldé par la perte humiliante de la majorité parlementaire par Mme May.

Un rejet du plan, jeudi, aurait été un coup de massue — possiblement fatal — sur une administration déjà affaiblie ayant conclu une entente cette semaine avec le Parti démocratique unioniste (DUP) pour s’assurer de certains votes clés.

Dans un signe de la fragilité de l’administration May, les ministres ont été contraints à une concession majeure quelques heures avant le vote. Craignant une défaite sur un amendement de l’opposition, les ministres ont affirmé que le gouvernement couvrirait les dépenses des femmes d’Irlande du Nord voyageant en Angleterre pour se faire avorter.

L’avortement est interdit en Irlande du Nord à moins que la vie de la femme ou sa santé mentale ne soit menacée, et des centaines de femmes se rendent chaque année dans d’autres régions du Royaume-Uni pour mettre fin à leur grossesse.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!