Getty Images/iStockphoto

MÉXICO — Une femme aurait été assassinée par des criminels en quête de vengeance pour les recherches qu’elle avait menées dans l’espoir de retrouver sa fille et qui avaient conduit à l’arrestation de plusieurs suspects, dans le nord du Mexique.

Le procureur général de l’État du Tamaulipas, Irving Barrios, a annoncé jeudi l’arrestation de deux hommes en lien avec le meurtre de cette militante. Il a dit croire que les suspects ont commis ce geste pour la punir d’avoir investigué de la sorte après la disparition de sa fille, Karen, en 2014.

Miriam Rodriguez a été tuée le 10 mai dernier — le jour de la fête des Mères au Mexique. Elle comptait parmi les nombreux Mexicains qui partent eux-mêmes à la recherche de leurs proches, tandis que la police ne veut ou ne peut pas le faire.

M. Barrios a précisé que les deux accusés connaissaient au moins un des suspects ayant été emprisonnés pour l’enlèvement et le meurtre de Karen Rodriguez.

Miriam Rodriguez avait joint les rangs d’un groupe citoyen consacré à la recherche de personnes disparues. Selon celui-ci, ses efforts avaient permis la découverte des restes de sa fille. Elle aurait également identifié l’homme qu’elle tenait responsable pour sa mort.

De tels groupes se multiplient au Mexique face à l’inaction ou même l’indifférence du gouvernement.

«Le cauchemar qu’ils endurent, ne sachant pas ce qu’il est arrivé à leurs proches ni où ils se trouvent, et les risques qu’ils rencontrent dans leur travail, qu’ils sont contraints de prendre parce que la réponse des autorités n’est pas à la hauteur, sont alarmants», avait dénoncée Erika Guevara-Rosas, d’Amnistie internationale, dans la foulée du meurtre de cette militante.

Quelque 30 000 personnes ont été portées disparues depuis que le gouvernement mexicain a déclaré la guerre aux cartels de la drogue, il y a une dizaine d’années.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!