Michel Spingler Michel Spingler / The Associated Press

PARIS — Des accusations ont été déposées vendredi contre Marine Le Pen, la leader de l’extrême droite française, relativement à l’utilisation possiblement frauduleuse de fonds parlementaires européens.

Le bureau du procureur a précisé que Mme Le Pen avait été mise en examen pour abus de confiance.

On lui reproche d’avoir profité des services de deux de ses assistants parlementaires à des fins partisanes. Elle aurait utilisé des fonds européens pour rémunérer sa chef de cabinet au Front national, Catherine Griset, de 2009 à 2016, de même que son garde du corps, Thierry Legier, de 2014 à 2016.

Une accusation de «complicité d’abus de confiance» a également été portée contre elle relativement à son passage à la tête du FN.

Son avocat, Rodolphe Bosselut, a fait part de son intention de saisir une cour d’appel de l’affaire dès lundi, pour demander le retrait de ces accusations et la suspension de l’enquête à son endroit.

Plusieurs autres eurodéputés, dont son père Jean-Marie Le Pen et son conjoint Louis Aliot, se trouvent également dans la ligne de mire de l’Office européen de lutte antifraude.

Mme Le Pen a déjà refusé de comparaître à deux reprises alors qu’elle faisait campagne dans le cadre de l’élection présidentielle, puis des législatives en France.

Après avoir remporté un siège à l’Assemblée nationale, plus tôt ce mois-ci, elle a choisi de quitter ses fonctions d’eurodéputée.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!