The Associated Press

LONDRES — Le chef du conseil municipal responsable de l’édifice de Londres ravagé par un incendie meurtrier plus tôt en juin a remis sa démission, vendredi, alors que de plus en plus de voix réclament des comptes après le désastre qui a fait au moins 80 morts.

Nicholas Paget-Brown, qui avait précédemment ignoré les appels à sa démission en tant que président du conseil des districts de Kensington et de Chelsea, s’est retiré de ses fonctions après avoir été critiqué pour avoir quitté une réunion sur la tragédie parce que des journalistes étaient présents.

Le bureau de la première ministre Theresa May a sermonné le conseil municipal, contrôlé par les conservateurs, pour avoir mis fin prématurément à sa première réunion depuis l’incendie du 14 juin à la tour Grenfell.

M. Paget-Brown avait initialement tenté d’empêcher les journalistes d’y assister, avant d’annuler carrément la réunion lorsque les médias ont obtenu une injonction permettant aux reporters d’être présents. Il avait estimé que la présence des médias porterait «préjudice» à l’enquête publique sur la tragédie prévue par le gouvernement britannique.

M. Paget-Brown avait déjà admis que la gestion des suites de l’incendie s’était mal déroulée et avait présenté ses excuses.

Le conseil municipal, qui est propriétaire de la tour Grenfell, a également été critiqué vendredi après la publication d’informations selon lesquelles il aurait choisi un matériau plus inflammable qu’un autre pour la rénovation de l’édifice afin d’économiser de l’argent.

Selon le «Times of London», des documents montrent que le conseil a choisi des panneaux de composite d’aluminium plutôt que des panneaux en zinc non inflammables. Cette décision aurait permis au conseil d’économiser environ 300 000 livres (près de 507 000 $ CAN).

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!