Capture d'écran YouTube

Des archéologues ont découvert une tour faite de centaines de crânes humains à Mexico, rapporte l’agence de nouvelles Reuters.

La structure cylindrique a été excavée près du site de Templo Mayor, grand temple de la capitale aztèque de Tenochtitlan, l’actuelle ville de Mexico. À ce jour, l’équipe chargée des travaux a inventorié 676 crânes, a indiqué à Reuters l’archéologue Raul Barrera, de l’Institut national d’histoire et d’anthropologie du Mexique (INAH). Ce chiffre est appelé à augmenter à mesure que se poursuivent les fouilles.

Les spécialistes croient ainsi avoir déterré une partie du légendaire Huey Tzompantli, un immense assemblage de crânes dont l’existence avait été évoquée dans les écrits de certains conquistadors espagnols au 16e siècle. La tour aurait été en partie détruite en même temps que Tenochtitlan a été mise à sac par les Espagnols en 1521.

Les tzompantlis plus rudimentaires, faits de poteaux de bois, étaient courants en Mésoamérique et servaient à exhiber les crânes de prisonniers de guerre ou de victimes de sacrifices humains. Les scientifiques de l’INAH ne s’attendaient toutefois pas à trouver dans la structure des crânes de femmes et d’enfants.

«Nous ne nous attendions qu’à des guerriers, donc principalement à de jeunes hommes, a fait savoir à Reuters l’anthropologue Rodrigo Bolanos. Nous avons affaire ici à quelque chose de complètement nouveau.»

Lancées en 2015, les recherches de l’INAH sur le site de Templo Mayor ont mené à plusieurs découvertes, dont celle, annoncée le mois dernier, d’un temple et d’un terrain de sport où se jouait un jeu de balle mortel.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!