Eranga Jayawardena Eranga Jayawardena / The Associated Press

COLOMBO, Sri Lanka — La pire épidémie de fièvre dengue de l’histoire du Sri Lanka a fait 225 morts et plus de 76 000 malades depuis le début de l’année.

Le pays a déployé mardi environ 400 militaires pour nettoyer les piles de déchets, les flaques d’eau stagnante et les autres endroits où les moustiques peuvent se reproduire.

Le chef médical de la capitale, Colombo, le docteur Ruwan Wijayamuni, a déploré le peu d’attention accordé par les résidants à l’hygiène de leur environnement, surtout après les pluies de la mousson du mois dernier.

Il a ajouté qu’il est «inacceptable» que certains résidants refusent d’accueillir ceux envoyés pour inspecter et nettoyer les maisons.

Le nombre d’infections à travers le pays est déjà en hausse de 38 pour cent par rapport à l’an dernier, quand la maladie avait fait 97 morts et 55 150 malades.

La souche de fièvre dengue qui circule cette année est particulièrement dangereuse, a prévenu une responsable de la santé publique. On ne dispose d’aucun traitement pour cette maladie qui peut se révéler mortelle chez les aînés, les enfants et les malades.

L’armée a ouvert deux hôpitaux de campagne pour soulager les hôpitaux pris d’assaut par les patients infectés par la fièvre.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!