GAUHATI, Inde — Les pluies diluviennes tombées sur l’Inde depuis le début de la mousson ont provoqué des inondations et des glissements de terrain qui ont fait au moins 20 morts dans le nord-est reculé et montagneux du pays.

On rapporte plusieurs noyades ou victimes écrasées par l’effondrement de leur maison dans l’État d’Assam, où le puissant fleuve Brahmaputra excède le niveau jugé dangereux en raison des pluies des deux dernières semaines.

Près de 400 000 personnes ont été chassées de leurs maisons inondées dans 750 villages répartis dans près de la moitié des 27 districts de l’Assam. Près de 30 000 sinistrés se sont réfugiés dans des abris d’urgence du gouvernement. Les autres ont demandé l’hospitalité de leurs proches ou sont partis pour des secteurs plus élevés.

Les autorités ont indiqué mardi avoir évacué quelque 400 étudiants d’un campus inondé dans le district de Nalbari, dans l’ouest de l’État, à 90 kilomètres à l’ouest de la capitale régionale, Gauhati.

Dans l’État voisin d’Arunachal Pradesh, plusieurs routes ont été coupées par la pluie et les glissements de terrain.

Un hélicoptère de l’armée de l’air qui acheminait des vivres vers des secteurs reculés est disparu par mauvais temps mardi. Un autre hélicoptère qui transportait le ministre adjoint de l’Intérieur a été surpris par une tempête a dû se poser d’urgence à Itanagar, la capitale de l’État.

La saison de la mousson s’étire de juin à septembre, et les inondations meurtrières ne sont pas rares. Des noyades, des électrocutions ou des maisons effondrées ont fait au moins 175 victimes à travers le pays pendant la mousson l’an dernier.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!