Bebeto Matthews/AP Nikki Haley

Augmentant d’un cran la pression exercée sur la Chine, l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a prévenu Pékin, mercredi, qu’il risque de miner ses liens commerciaux avec les États-Unis si ses échanges avec la Corée du Nord contreviennent aux sanctions de l’ONU.

Le monde est devenu un endroit «plus dangereux» et la Chine détient un rôle clé dans la promotion de la paix, a soutenu Mme Haley dans un discours virulent à la rencontre du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée d’urgence après que Pyongyang eut procédé au lancement réussi d’un missile balistique intercontinental.

Il est toujours possible de «prévenir la catastrophe», a-t-elle poursuivi, ajoutant toutefois que si un échec à agir «de façon sérieuse» est constaté, «une réaction différente» s’en suivra.

Plutôt que de chercher un conflit, les États-Unis tentent plutôt «de l’éviter», a souligné l’ambassadrice.

Il n’en reste pas moins que le lancement d’un missile balistique intercontinental «est un message clair et une escalade militaire brutale» et les États-Unis sont prêts, si nécessaire, à user de ses «forces militaires considérables» pour se défendre de même que ses alliés, a ajouté Mme Haley.

L’administration préfère toutefois «ne pas aller dans cette direction» et plutôt avoir recours à ses leviers en matière de commerce, a-t-elle précisé.

Quatre-vingt-dix pour cent des échanges commerciaux de la Corée du Nord ont lieu avec la Chine.

Mme Haley a soutenu avoir eu une longue discussion avec le président américain Donald Trump, mercredi matin, au sujet de l’influence des États-Unis quand il est question de commerce.

Jusqu’à maintenant, les responsables américains ont décrit la Chine comme un partenaire dans leur stratégie pour empêcher la Corée du Nord d’accentuer sa capacité à frapper au moyen d’armes nucléaires.

M. Trump a toutefois montré les signes d’un agacement grandissant face à la réticence de Pékin à durcir le ton à l’égard de Pyongyang.

«Il y a des pays qui permettent ou même qui encouragent le commerce avec la Corée du Nord, (ce qui entre) en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU», a dit Mme Haley.

«De tels pays aimeraient aussi maintenir leurs arrangements commerciaux avec les États-Unis. Cela ne se produira pas. Notre attitude en matière de commerce change quand les pays ne prennent pas les menaces sécuritaires au sérieux.»

Les sept résolutions établissant des sanctions envers la Corée du Nord ne sont pas parvenues à détourner celle-ci de sa «trajectoire destructive», a exposé l’ambassadrice. Une grande part du fardeau de mettre en application ces dispositions revient à la Chine en raison de son rôle commercial prépondérant dans la région, a-t-elle fait valoir.

Elle a ainsi annoncé que les États-Unis mettront de l’avant une nouvelle résolution dans les prochains jours sans toutefois fournir de détails à ce chapitre.

L’ambassadeur chinois aux Nations unies, Liu Jieyi, n’a pas répondu directement à l’appel lancé par son homologue américaine, réitérant toutefois ses demandes à la Corée du Nord de calmer le jeu.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!