Kirsty Wigglesworth Kirsty Wigglesworth / The Associated Press

LONDRES — L’homme qui s’est fait exploser après un concert d’Ariana Grande à Manchester, au Royaume-Uni, n’était pas membre d’un réseau plus large, mais on ne peut exclure que certains de ses complices courent toujours, a dit un policier britannique jeudi.

Le chef des opérations policières antiterrorisme dans le nord-ouest de l’Angleterre, Russ Jackson, a ajouté que des arrestations pourraient survenir au cours des prochaines semaines.

Le kamikaze Salman Abedi, un Britannique d’origine libyenne, s’est donné la mort le 22 mai, faisant 22 morts et plus de 200 blessés. Il a fait exploser sa bombe artisanale à la fin du concert, au moment où la foule sortait du stade.

La police avait arrêté 22 personnes dans la foulée de l’attentat, en assurant avoir démantelé le réseau d’Abedi, mais toutes ont éventuellement été relâchées.

M. Jackson a dit que la police n’a aucune preuve permettant de conclure à l’existence d’un vaste réseau. Il a toutefois précisé que d’autres personnes étaient possiblement au courant des intentions du kamikaze.

Les policiers britanniques souhaitent ainsi interroger le frère cadet d’Abedi, Hashem, qui a été épinglé par la police libyenne.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!