The Associated Press

BANGKOK — Les trois quarts des éléphants qui offrent des balades aux touristes en Thaïlande et ailleurs en Asie sont maltraités, a dénoncé jeudi une organisation de défense des droits des animaux.

Le groupe londonien World Animal Protection a étudié le sort de près de 3000 éléphants utilisés pour divertir les touristes dans six pays asiatiques.

Il dit avoir découvert que 75 pour cent d’entre eux sont victimes de mauvais traitements: les animaux seraient ainsi enchaînés nuit et jour quand ils ne travaillent pas, leur alimentation et leurs soins vétérinaires seraient inadéquats, et ils seraient soumis à un entraînement impitoyable «qui casse leur volonté (…) pour qu’ils acceptent ensuite d’offrir des balades ou des numéros».

Le groupe veut éveiller la conscience des touristes et des agences de voyages. Cent soixante d’entre elles auraient déjà accepté de ne plus encourager les endroits où sont offerts des balades et des numéros d’éléphants.

Le rapport dévoilé jeudi par World Animal Protection s’inscrit dans le cadre plus large d’une campagne du groupe, qui dénonce également la captivité d’autres animaux pour amuser les touristes, comme les tigres, les ours et les macaques.

Un porte-parole de World Animal Protection a prévenu que la popularité, et surtout la rentabilité, des balades à dos d’éléphant signifie que le phénomène ne peut que prendre de l’ampleur.

«Les touristes doivent savoir que plusieurs de ces éléphants sont arrachés à leur mère quand ils sont bébés. On les soumet ensuite à un entraînement impitoyable et ils endureront des conditions pénibles pendant toute leur vie», a dit l’auteur du rapport, le vétérinaire Jan Schmidt-Burbach.

Des experts du groupe se sont rendus en Thaïlande, au Laos, au Cambodge, au Népal, au Sri Lanka et en Inde. C’est toutefois en Thaïlande que sont détenus les trois quarts des éléphants utilisés à des fins de divertissement.

La Thaïlande s’est dotée en 2015 d’une première loi contre la cruauté envers les animaux qui prévoit notamment deux ans de prison pour la torture d’un animal. Les éléphants échappent toutefois à cette loi, puisqu’ils sont considérés comme un moyen de transport.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!