PARIS — Les autorités parisiennes ont évacué près de 2 800 migrants vendredi de camps de fortune qui ne cessent de s’agrandir dans les rues de la capitale française, alors que l’Europe est envahie par une nouvelle vague d’arrivants qui traversent la Méditerranée.

Dans la chaleur abrutissante de l’été, des groupes composés majoritairement d’hommes africains et de quelques familles ont fait la file pour monter à bord d’autobus, partagés entre le soulagement et l’appréhension.

Les migrants du quartier La Chapelle, sur la limite nord de la ville de Paris, ont été emmenés vers des refuges temporaires où ils recevront des soins médicaux et des conseils pour la suite des choses, a indiqué la police.

La mairie indique qu’il s’agit de la 34e opération de ce genre depuis deux ans.

Des tentes, des sacs de couchage et des abris rudimentaires en carton se sont élevés un peu partout sur les trottoirs, générant la colère de certains résidants, bien que d’autres leur offraient de la nourriture et des couvertures.

Les autorités de la ville estiment que des dizaines de personnes fuyant les conflits et la pauvreté en Afrique et au Moyen-Orient arrivent à chaque jour à Paris.

Plusieurs poursuivent leur périple vers la ville portuaire de Calais, espérant se rendre en Grande-Bretagne, mais ils sont nombreux à rester à Paris, cherchant du travail ou à obtenir le statut de réfugié.

Ces camps non autorisés comportent plusieurs risques pour la santé et la sécurité de leurs occupants ainsi que des résidants du quartier, a indiqué la police parisienne dans un communiqué.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!