AP

PAMPELUNE, Espagne — Deux coureurs se sont blessés lundi en essayant de devancer les taureaux dans les rues de la ville espagnole de Pampelune.

Aucun participant n’a toutefois été encorné au quatrième jour des Fêtes de San Fermin.

Un porte-parole de la Croix-Rouge a dit que les deux blessés, deux Espagnols, ont été transportés vers l’hôpital, mais qu’ils ne sont pas atteints gravement.

Des images diffusées à la télévision montrent un taureau qui projette un homme au sol et encorne son manteau quand il tombe au sol.

La course le long des 850 mètres de rues en pavés n’a duré que deux minutes et 19 secondes, soit la plus rapide à ce jour. Cinq personnes — quatre Américains et un Espagnol — ont été encornées depuis le début du festival, vendredi.

Des centaines de personnes mettent leur courage — et surtout leur rapidité — à l’épreuve en s’élançant devant les six taureaux qui sont relâchés dans les rues de la ville.

Au terme de la course, les taureaux affrontent des matadors dans une arène où ils sont presque assurément mis à mort.

L’événement de neuf jours a été rendu populaire par l’écrivain Ernest Hemingway dans son roman «Le soleil se lève aussi» (The sun also rises).

Les courses de taureaux, ou «encierros» en espagnol, sont une composante traditionnelle de plusieurs festivals estivaux en Espagne. Les défenseurs des droits des animaux jugent la coutume cruelle et dépassée.

Des dizaines de personnes sont blessées lors de ces courses chaque année, habituellement lors de chutes. Quinze personnes ont toutefois été encornées à mort lors des Fêtes de San Fermin depuis 1924, quand des données ont commencé à être compilées.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!