Darron Cummings Darron Cummings / The Associated Press

WASHINGTON — Une rencontre entre le fils aîné du président américain Donald Trump et une avocate russe pendant la campagne présidentielle a eu lieu à la demande d’un chanteur basé à Moscou qui avait des liens avec les entreprises Trump, selon une source qui a assisté aux pourparlers.

Donald Trump fils a reconnu lundi qu’il avait pris le temps de rencontrer l’avocate afin d’obtenir des informations sur la candidate démocrate Hillary Clinton.

Les circonstances entourant la rencontre ont suscité de nouvelles questions sur les possibles liens entre l’équipe présidentielle de Donald Trump et la Russie, un sujet qui fait l’objet de plusieurs enquêtes du Congrès et d’un procureur spécial.

Certains experts affirment que cette discussion qui devait porter sur des informations compromettantes sur Mme Clinton pourrait attirer l’attention du procureur spécial Robert Mueller en raison des lois fédérales interdisant les dons étrangers.

Larry Noble, un ancien membre de la Commission électorale fédérale, estime que cette situation «soulève toutes sortes d’inquiétudes», puisqu’aucune campagne ne devrait impliquer des étrangers, selon lui.

Donald Trump fils a toutefois cherché à minimiser l’importance de cette rencontre.

«Évidemment, je suis le premier participant à une campagne (électorale) à rencontrer quelqu’un pour obtenir des informations concernant un adversaire (…) Ça n’a rien donné, mais je devais écouter», a-t-il écrit sur Twitter.

Quelques heures plus tard, l’avocat de New York Alan Futerfas a annoncé qu’il représenterait le fils du président.

M.Trump fils a écrit sur Twitter qu’il était prêt à travailler avec le comité du Sénat, l’un de ceux qui enquête sur la possible collusion entre la campagne Trump et la Russie.

Le publiciste d’une maison de disques a confié à l’Associated Press avoir organisé cette rencontre à la demande d’Emin Agalarov, un chanteur et homme d’affaires moscovite qui a déjà voulu s’associer à M. Trump pour un projet hôtelier.

Ce publiciste, Rob Goldstone, a indiqué par voie de communiqué lundi que l’avocate russe prétendait être en possession d’informations détaillant des contributions potentiellement illégales au Comité démocrate national et qui pourraient se révéler utiles à M. Trump fils. M. Goldstone ajoute que ce dernier a accepté d’insérer cette rencontre dans son agenda chargé.

Le Kremlin assure ne rien savoir d’une rencontre entre Natalia Veselnitskaïa et M. Trump fils.

Le gendre de M. Trump, Jared Kushner, et celui qui était à ce moment responsable de la campagne présidentielle, Paul Manafort, auraient aussi participé à cette rencontre.

Selon M. Goldstone, Mme Veselnitskaïa aurait fait des commentaires sur le financement de la campagne «qui n’étaient pas spécifiques», avant d’aborder le sujet du programme d’adoption russe.

Contrairement à Jared Kushner, Donald Trump fils n’a pas de rôle dans l’administration de son père et n’est pas tenu de dévoiler ses contacts avec les étrangers.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!