Archives Métro

WASHINGTON — Les familles les plus pauvres des États-Unis pourraient être les grandes perdantes de la réforme de la santé des sénateurs républicains. Elles pourraient perdre des milliers de dollars en prestations médicales pour que les millionnaires profitent d’importantes baisses d’impôts, selon une nouvelle analyse.

Cette étude met en relief le coût politique d’une telle réforme, qui consiste à abroger et à remplacer la Loi sur la protection des patients et les soins abordables de l’ancien président démocrate Barack Obama.

Les familles ayant des revenus de moins de 10 000 $ US par année pourraient perdre, en moyenne, plus de 2500 $ de prestations annuelles si la loi des républicains est implantée dans son intégralité.

En revanche, les ménages qui gagnent plus d’un million $ US bénéficieraient de baisses d’impôts d’environ 50 000 $, selon une analyse publiée mardi par deux groupes non partisans, le Health Policy Center et le Tax Policy Center.

Les familles de la classe moyenne — qui déclarent des revenus annuels oscillant entre 50 000 et 75 000 $ US — auraient environ 150 $ de moins dans leurs poches en considérant les baisses d’impôts et les prestations médicales.

Le projet de loi représente un virage important sur le transfert de richesse des pauvres aux riches, ce qui explique l’opposition de certains républicains modérés. Mais un compromis semble hors de portée, certains conservateurs jugeant au contraire que la loi est trop généreuse pour les moins nantis.

«Ce qui explique cela, c’est le retrait de la surtaxe imposée aux plus hauts revenus et la réduction du programme Medicaid. Les gens à faible revenu perdent aussi des crédits d’assurance maladie», a soutenu Gordon Mermin, principal associé de recherche du Tax Policy Center.

Le Sénat prévoit imposer des coupes au programme Medicaid — l’assurance maladie pour les plus pauvres — de l’ordre de 772 milliards $ US pendant les dix prochaines années, selon le Bureau du budget du Congrès américain, une autre organisation non partisane. Les baisses d’impôts de 700 milliards $ devraient quant à elles bénéficier aux entreprises et aux familles les plus riches.

La loi sur la santé de Barack Obama prévoit un impôt additionnel de 3,8 pour cent sur les revenus d’investissement des couples mariés ayant un revenu de plus de 225 000 $ US et des individus gagnant plus de 125 000 $. Le Sénat abolirait cet impôt cette année.

Environ 90 pour cent des bénéficiaires de cette abolition feraient partie du «un pour cent» des Américains les plus riches — ceux qui gagnent 700 000 $ US ou plus par année.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!