AP Photo/Michel Euler Le premier ministre français, Edouard Philippe

PARIS — Le premier ministre français Édouard Philippe a présenté mercredi une nouvelle stratégie en réponse au nombre élevé de migrants qui arrivent au pays, tout en admettant qu’il n’a pas de «baguette magique» pour régler une problématique qui n’est pas à la veille de se résorber.

La stratégie prévoit un traitement accéléré des demandes d’asile, l’ouverture de nouveaux refuges pour les demandeurs d’asile et d’autres mesures pour faciliter l’accueil de ceux qui espèrent rester en France. Une nouvelle loi à l’étude donnerait du muscle à l’expulsion de ceux qui se trouvent au pays illégalement.

M. Philippe a reconnu que des erreurs ont été commises dans le passé, et il a dit présenter les nouvelles mesures en toute humilité.

La France a accueilli nettement moins de réfugiés que l’Allemagne et l’Italie. Le gouvernement a quand même été submergé par l’afflux de nouveaux arrivants, en plus de se sentir menacé par les positions anti-immigration des politiciens de droite.

Illustrant clairement l’ampleur du problème, Paris a nettoyé un seul quartier 34 fois en deux ans et a envoyé lundi 2271 immigrants vers des abris. Des centaines d’autres personnes sont retournées au port de Calais — d’où elles espèrent rejoindre le Royaume-Uni — depuis qu’un gigantesque camp improvisé y a été démantelé en octobre dernier.

M. Philippe a dit que le nombre de places pour les demandeurs d’asile augmentera de 10 pour cent sur deux ans, permettant l’accueil de 7500 personnes. Il a prévenu que la France deviendra plus efficace en ce qui concerne les expulsions de ceux qui ne sont pas autorisés à se trouver sur son territoire.

Des 91 000 migrants arrêtés l’an dernier pour s’être trouvés illégalement en France, 31 000 ont été expulsés, mais moins de 25 000 sont partis, a dit le premier ministre.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!