AP

VATICAN — L’ancien président et l’ancien trésorier de l’hôpital pédiatrique du Vatican ont été accusés jeudi d’avoir détourné des fonds provenant de la fondation de l’établissement pour financer les rénovations de l’appartement d’un cardinal de premier plan.

Giuseppe Profiti et Massimo Spina ont reçu l’ordre de se présenter à leur procès, mardi prochain.

Les deux hommes sont accusés d’avoir pigé 422 000 euros dans les coffres de la fondation de l’hôpital pédiatrique Bambino Gesu pour financer les rénovations de l’appartement du cardinal Tarcisio Bertone, quand il s’est retiré comme secrétaire d’État du Vatican.

M. Profiti a admis avoir effectué ce paiement, mais l’a présenté comme un investissement pour que la fondation puisse utiliser l’appartement lors d’activités de financement.

Le cardinal Bertone avait nommé M. Profiti à la présidence de l’hôpital. Il assure ne rien savoir de cette affaire et prétend avoir payé les rénovations de sa poche, ce qui signifie que l’entrepreneur pourrait avoir été payé deux fois pour les mêmes travaux.

Aucune accusation n’a été portée contre le cardinal Bertone et le sort de l’entrepreneur demeure nébuleux.

M. Profiti a présidé l’hôpital Bambino Gesu entre 2008 et janvier 2015, quand il a démissionné neuf mois seulement après le début d’un nouveau mandat de trois ans. Un groupe de travail du Vatican avait apparemment conclu, en 2014, que l’hôpital s’était «égaré» sous sa présidence, et qu’il était maintenant plus préoccupé par les profits que par les soins des enfants.

Un livre publié en 2015 — «Avarice», par le journaliste italien Emiliano Fittipaldi — avait révélé pour la première fois que les rénovations de l’appartement du cardinal Bertone avaient été financées à même les coffres de la fondation de l’hôpital.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!