BRUXELLES — L’Union européenne a finalement perdu patience jeudi face à la Pologne, qui continue à exploiter la forêt de Bialowieza même si elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

La Commission européenne a expliqué que la situation est si urgente qu’elle demande à la Cour européenne de Justice d’interdire immédiatement toute nouvelle coupe d’arbres.

Le groupe environnemental ClientEarth a salué cette décision, en affirmant qu’une intervention aussi musclée est la seule manière d’empêcher la forêt de subir des dommages irréversibles.

Le ministre polonais de l’Environnement, Jan Szyszko, a assuré qu’il est prêt à se défendre devant le tribunal, pour démontrer que tout se déroule en respect avec la loi européenne.

Son ministère a rappelé, par voie de communiqué, qu’il a réussi à restaurer les populations de bisons et d’autres mammifères de la forêt, avant de lancer que «plusieurs autres pays d’Europe de l’Ouest ne peuvent pas en dire autant».

Le gouvernement polonais prétend que des arbres sont abattus uniquement dans la section la plus jeune de la forêt, pour lutter contre une infestation d’insectes.

La forêt de Bialowieza est la dernière forêt vierge d’Europe et inclut notamment un parc national. Elle abrite des centaines de bisons sauvages, plus de 60 autres espèces de mammifères et des centaines d’espèces végétales. Elle s’étend jusqu’au Bélarus.

Plus tôt ce mois-ci, l’Unesco avait sommé la Pologne de cesser l’exploitation de la forêt en menaçant de l’ajouter à la liste des sites du patrimoine menacés, ce qui informerait la communauté internationale de la situation et permettrait une aide immédiate du Fonds du patrimoine mondial.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!