STANFORD, Calif. — La mathématicienne Maryam Mirzakhani, la première et seule femme récipiendaire de la prestigieuse médaille Fields, est morte samedi à l’âge de 40 ans.

L’Université Stanford, où elle enseignait depuis 2008, en a fait l’annonce.

Mme Mirzakhani, originaire d’Iran, était atteinte d’un cancer du sein. L’établissment universitaire n’a pas précisé où l’illustre mathématicienne était morte.

En 2014, on lui avait décerné la prestigieuse médaille Fields — un honneur remis à tous les quatre ans et considéré comme l’équivalent d’un prix Nobel dans le monde des mathématiques.

Elle s’était notamment intéressée aux complexités géométriques et dynamiques des surfaces courbées comme des sphères ou des tores (des formes de bouées).

Son travail se déclinait dans plusieurs sphères telles que «la physique théorique» et les disciplines qui permettent de comprendre «comment l’univers en est venu à exister», précise l’Université Standford dans son annonce.

Née à Téhéran, en Iran, Mme Mirzakhani a étudié à l’Université Harvard.

Le président iranien, Hassan Rohani, a salué la contribution de la mathématicienne de renommée internationale, qualifiant sa mort de «très déchirante» dans un message cité par le Tehran Times.

La mathématicienne avait déjà décrit son travail comme le fait d’être «perdue dans la jungle et de tenter d’utiliser tout le savoir qu’on peut rassembler pour parvenir à trouver de nouveau trucs et, avec de la chance, possiblement trouver une voie de sortie».

Le président de Stanford, Marc Tessier-Lavigne, soutient qu’elle était une théoricienne brillante ayant apporté des contributions durables à son domaine et inspiré des milliers de femmes à se lancer en science et en mathématique.

Elle laisse dans le deuil son mari et sa fille.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!