KINSHASA, Congo — Les gardes d’une réserve faunique congolaise enlevés vendredi ont été trouvés morts, tandis que la journaliste américaine également présente lors de l’attaque par des miliciens a été retrouvée saine et sauve.

L’administrateur du territoire de Mambasa, Alfred Bongwalanga, a annoncé dimanche la mort de cinq «écogardes» de la réserve à okapis au nord-est de la République démocratique du Congo. Il a précisé que la journaliste, qui était parvenue à se cacher dans la forêt, a été retrouvée par l’armée dans la nuit de samedi à dimanche. Son identité n’a toujours pas été dévoilée.

Une douzaine de personnes avaient été portées disparues vendredi, après l’assaut contre un poste de sécurité de la réserve. L’armée y conduisait des recherches depuis vendredi. Six des victimes avaient été retrouvées.

Deux journalistes britanniques et cinq autres gardes avaient également pu fuir pendant le rapt.

Un groupe de défense des droits de la personne accuse les miliciens maï-maï d’être derrière l’attaque.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!