Getty Images Brexit est l’abréviation de «British exit», soit la sortie de l’UE.

BRUXELLES — Les discussions au sujet du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) ont débuté sérieusement lundi, et les deux protagonistes semblent fort loin l’un de l’autre en ce qui a trait aux droits des citoyens une fois le Brexit finalisé dans moins de deux ans.

Après une rencontre initiale le mois dernier lors de laquelle la structure des négociations a été déterminée, le ministre britannique du Brexit, David Davis, a rencontré le chef négociateur de l’UE à Bruxelles en vue de cette ronde de discussions de quatre jours.

Les droits qu’auront les citoyens est l’un des trois principaux sujets qui doivent être résolus avant que les deux parties puissent commencer à parler d’une entente commerciale, les autres étant la facture que devra payer le Royaume-Uni pour respecter ses obligations existantes et la question de la frontière avec l’Irlande.

La proposition britannique offre aux citoyens de l’UE qui ont habité au Royaume-Uni pendant au moins cinq ans — à partir d’une date fixe non encore précisée — le droit de vivre, de travailler et d’avoir accès aux avantages sociaux.

Les quelque trois millions de citoyens européens vivant au Royaume-Uni devront tous demander individuellement la permission d’y rester, mais il n’est pas encore clair ce que ce plan prévoit pour ceux qui y résident depuis moins de cinq ans ou quels droits auront les membres de leurs familles.

Des responsables européens ont affirmé que la proposition britannique visant à donner aux citoyens européens un «statut de résident permanent» ne va pas assez loin. Le Parlement européen a averti la semaine dernière qu’il pourrait imposer son veto à l’entente finale si le Royaume-Uni ne donne pas plus de droits aux citoyens européens qui décident de rester au pays après le Brexit, qui doit avoir lieu en mars 2019.

Ce qui ressortira de cette entente sur les droits des citoyens sera vraisemblablement transposé au million de Britanniques vivant dans des pays de l’UE.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!