The Associated Press Manifestation en support au leader de l'opposition Raila Odinga. Les Kényans seront appelés aux urnes mardi.

NAIROBI, Kenya — Une firme américaine impliquée dans la course électorale au Kenya indique que son chef de la direction et un employé canadien ont été arrêtés vendredi.

John Aristotle Phillips et Andreas Katsouris, qui conseillaient le candidat de l’opposition Raila Odinga, ont été déportés samedi.

La femme de M. Katsouris, un Torontois, dit avoir pu lui parler alors qu’il se trouvait à l’aéroport de Nairobi.

Jennifer Mary Bell précise que son mari n’a pas pu lui fournir beaucoup de détails lors de leur court échange, mais qu’il a dit être en sécurité et avoir été bien traité — contrairement à ce qu’on laisse entendre à propos de son patron, qui aurait été attaqué et jeté dans le coffre d’un véhicule.

James Orengo, de l’opposition kényane, affirme que M. Phillips s’est montré «catégorique à propos de ses droits en vertu de la constitution, ses droits civiques, a été brutalisé, jeté dans le coffre et enlevé avec son collègue».

Jointe aux Pays-Bas, Mme Bell raconte avoir d’abord compris que son époux avait été enlevé ou détenu. Elle dit avoir immédiatement contacté son député pour s’assurer que le gouvernement avait la situation à l’oeil.

Elle raconte avoir eu le pressentiment que son mari serait sain et sauf, alors que se rendre dans des pays potentiellement dangereux en période électorale est «son genre de truc».

Andreas Katsouris est le vice-président principal des services mondiaux chez Aristotle Inc., une entreprise qui soutient les campagnes électorales en matière de stratégie et d’analyse de données.

«Pour moi, la question intéressante est pourquoi c’est arrivé, et pourquoi le gouvernement aurait choisi de faire quelque chose d’aussi visible avec un Américain et un Canadien, a souligné Mme Bell. Ça suggère une motivation qui n’est pas nécessairement pure.»

John Aristotle Phillips et Andreas Katsouris auraient choisi de se joindre à l’équipe de Raila Odinga parce qu’ils croyaient que ce scrutin pourrait présenter des irrégularités.

Les Kényans seront appelés aux urnes mardi.

La détention du chef de la direction d’Aristotle Inc a exacerbé les inquiétudes quant à cette élection, quelques jours après qu’un des responsables du système de vote électronique eut été trouvé torturé et tué.

«Nous choisissons nos campagnes internationales avec beaucoup de soin, a tenu à souligner Brandi Travis, porte-parole d’Aristotle Inc. Odinga est un candidat en qui ils croyaient vraiment.»

Raila Odinga et le président sortant Uhuru Kenyatta menaient samedi leur dernier jour de campagne, alors que certains craignent que cette élection déclenche une flambée de violence, comme il y a dix ans.

Plus d’un millier de personnes avaient perdu la vie dans la foulée du scrutin controversé de 2007.

Il s’agit de la quatrième fois que M. Odinga cherche à accéder au poste de président.

L’opposant James Orengo affirme que l’arrestation de MM. Phillips et Katsouris est survenue au même moment où des policiers masqués ont effectué une descente dans un centre de décompte, intimidant ses employés et confisquant de l’équipement — ce que la police nie fermement.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!