Manu Fernandez Manu Fernandez / The Associated Press

BARCELONE, Espagne — Les travailleurs chargés de l’enregistrement des bagages de cabine à l’aéroport de Barcelone ont tenu dimanche une seconde journée de grève partielle, provoquant de longues files d’attente dans un des aéroports les plus achalandés d’Europe.

Les passagers ont dû attendre jusqu’à une heure pour passer les contrôles de sécurité à l’aéroport El Prat, au sommet de la grève perlée, puis le temps d’attente est passé à 20 minutes, selon le télédiffuseur public TV3.

Vendredi, ce moyen de pression qui consiste à ralentir son rythme de travail avait engendré des files de 40 minutes d’attente.

Les négociations ont repris dimanche entre les représentants syndicaux, l’entreprise Eulen et les autorités gouvernementales de la région.

L’autorité aéroportuaire d’Espagne, l’AENA, a déclaré samedi que les pourparlers avaient progressé que «l’enjeu des salaires des travailleurs est le dernier qui reste à résoudre».

Les travailleurs comptent débrayer à nouveau lundi et ont déjà menacé de déclencher une grève illimitée dès le 14 août.

Dans les dernières semaines, les passagers en provenance de Barcelone ont mis beaucoup de temps à gagner la zone d’embarquement. L’association de transporteurs aériens espagnols, l’ACETA, a déclaré la semaine dernière que près d’un millier de voyageurs ont raté leur vol depuis le 24 juillet en raison du litige.

Comme d’autres aéroports un peu partout sur le Vieux Continent, celui de Barcelone a connu d’importants délais en raison du contrôle des passeports par la police en vertu d’une nouvelle réglementation imposée par l’Union européenne il y a plusieurs semaines.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!