Carolyn Kaster Carolyn Kaster / The Associated Press

WASHINGTON — Des agents de la police fédérale américaine ont perquisitionné une résidence appartenant à Paul Manafort, l’ancien président de la campagne électorale de Donald Trump.

Les enquêtes sur la possible ingérence de la Russie dans la plus récente élection présidentielle américaine scrutent aussi les anciennes relations d’affaires de M. Manafort à l’étranger.

Son porte-parole a confirmé que des policiers du FBI munis d’un mandat avaient procédé à la perquisition, sans fournir plus de détails.

Selon le quotidien «The Washington Post», la maison de M. Manafort à Alexandria, en Virginie, a été visitée le 26 juillet par des agents travaillant avec le procureur spécial Robert Mueller.

M. Manafort est visé depuis longtemps par une enquête du FBI concernant ses activités en Ukraine et ses liens avec l’ancien président Viktor Ianoukovitch. Cette enquête a été englobée au sein de celle que dirige M. Mueller.

«M. Manafort a toujours coopéré avec les forces de l’ordre et d’autres enquêtes sérieuses et il l’a fait à cette occasion également», a déclaré son porte-parole.

M. Manafort, qui a agi pendant plusieurs mois à titre de président de la campagne Trump, nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.

La veille des perquisitions, il avait été interrogé derrière des portes closes par des enquêteurs du Sénat.

Le recours à un mandat signifie que les autorités ont convaincu un juge qu’il y a lieu de croire qu’un crime a été commis.

L’enquête qui vise Paul Manafort suit son cours dans une certaine discrétion comparativement aux multiples investigations du Congrès sur le scrutin présidentiel de 2016.

Ces enquêtes s’intéressent notamment à une rencontre à laquelle M. Manafort a assisté, en juin 2016, à la tour Trump de New York. Le fils aîné de Donald Trump a décrit cet entretien comme une tentative du Kremlin de leur transmettre des informations compromettantes sur leur adversaire démocrate, Hillary Clinton.

Le comité judiciaire du Sénat serait en pourparlers avec M. Manafort pour obtenir son témoignage.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!