The Associated Press Donald Trump.

SÉOUL, Corée, République de — Le président des États-Unis Donald Trump et les dirigeants de la Corée du Nord se sont échangé de nouveaux propos incendiaires vendredi matin, augmentant d’un autre cran la tension déjà élevée entre les deux pays.

M. Trump a déclaré sur Twitter que «les solutions militaires sont prêtes (« locked and loaded », en anglais) si jamais la Corée du Nord devait agir stupidement. Espérons que (le dictateur nord-coréen) Kim Jong-un choisira une autre voie!»

La réaction de la Corée du Nord n’a pas tardé, Pyongyang publiant un communiqué dans lequel elle accuse M. Trump de pousser le conflit sur la péninsule coréenne «au bord de la guerre nucléaire».

Des responsables américains ont également fait savoir vendredi que les manoeuvres militaires organisées annuellement avec la Corée du Sud iront de l’avant comme prévu plus tard ce mois-ci.

La Corée du Nord — qui a annoncé jeudi qu’elle est à finaliser le tir de quatre missiles balistiques qui tomberaient dans l’océan autour du territoire américain de Guam — estime que ces manoeuvres servent de «pratique» en vue d’une invasion. Les détails du lancement devraient être soumis à l’approbation de Kim Jong-un tout juste avant le début des manoeuvres, sinon pendant qu’elles se déroulent.

Les exercices Ulchi-Freedom Guardian auront lieu du 21 au 31 août, et des dizaines de milliers de soldats américains et sud-coréens y participeront sur terre, sur la mer et dans les airs. Washington et Séoul affirment qu’il s’agit d’exercices défensifs pour contrer une éventuelle agression du Nord.

Pyongyang condamne systématiquement, chaque année, ces manoeuvres, mais le Nord est rendu encore plus nerveux par des informations selon lesquelles les exercices comprennent dorénavant des missions de «décapitation» visant à éliminer Kim Jong-un et ses principaux lieutenants.

M. Trump avait déclaré, jeudi, que «la Corée du Nord a intérêt à se ressaisir (« get their act together », en anglais) sinon elle va se retrouver dans le pétrin comme aucun pays n’a jamais été dans le pétrin».

Il a ensuite dit que sa menace précédente de répondre à Pyongyang par «le feu et la fureur» avait peut-être été trop douce.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!