The Associated Press Manifestation anti-gouvernementale au Venezuela.

CARACAS, Venezuela — Le gouvernement vénézuélien a vigoureusement dénoncé la menace proférée par le président américain, Donald Trump, d’une éventuelle intervention militaire pour résorber la crise politique qui sévit depuis plusieurs mois au pays.

Le régime socialiste de Nicolas Maduro a déclaré qu’il s’agirait d’une menace à la stabilité de la région et du pire acte de belligérance contre le Venezuela en un siècle.

Le vice-président américain, Mike Pence, amorcera dimanche une tournée de l’Amérique latine avec un arrêt prévu en Colombie, dont le gouvernement a appelé au respect de la souveraineté de son voisin.

En séance de l’assemblée constituante, le fils du président a menacé d’user de représailles contre les États-Unis.

«Réglez vos propres problèmes, Donald Trump, vous en avez assez», a lancé Nicolas Maduro fils.

Caracas a récemment tenté de diminuer les tensions avec Washington, et jeudi, le président a réclamé une rencontre avec Donald Trump à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, le mois prochain.

La Maison-Blanche a rétorqué qu’elle accepterait la tenue d’une telle rencontre avec plaisir, une fois la démocratie restaurée au pays.

Vendredi, M. Trump a dit aux journalistes réunis à son club de golf du New Jersey, que M. Maduro est à ses yeux un dictateur.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!