Rob Griffith Rob Griffith / The Associated Press

CANBERRA, Australie — Des chercheurs croient avoir identifié trois zones précises de l’océan Indien où pourrait se trouver l’épave du vol MH370 qui est disparu il y a plus de trois ans.

L’analyse de l’Organisation du Commonwealth pour la recherche scientifique et industrielle (CSIRO), une agence scientifique australienne, s’appuie sur des images captées par des satellites français

Le Bureau australien de la sécurité dans les transports a toutefois prévenu que les objets «probablement humains» vus sur ces clichés, et dont le CSIRO a analysé la dérive à la surface de la mer pour remonter jusqu’à leur point d’origine possible, ne proviennent pas nécessairement du vol MH370.

Les coordonnées identifiées par le CSIRO pourraient néanmoins servir de point de départ à une reprise éventuelle des recherches dans la zone de 25 000 kilomètres carrés ciblée par des experts, en novembre, comme le secteur où gît probablement l’épave du Boeing 777 et les restes des 239 personnes qui se trouvaient à bord.

La Malaisie, la Chine et l’Australie ont suspendu les recherches en janvier, après avoir fouillé sans succès un secteur de 120 000 kilomètres carrés. Elles ont aussi annoncé que les recherches ne reprendront que si des indices sérieux sont découverts.

Des satellites militaires français ont pris des images le 23 mars 2014 — deux semaines après la disparition du vol lors d’un trajet entre Kuala Lumpur et Pékin — à proximité de la zone originale de recherches. Ce n’est par contre qu’en mars de cette année que les clichés ont été analysés, et des experts croient y apercevoir une dizaine d’objets de fabrication humaine.

Un océanographe du CSIRO a toutefois concédé qu’il est impossible de conclure avec certitude qu’il s’agit réellement de débris de l’avion.

La compagnie américaine d’exploration maritime Ocean Infinity a annoncé vendredi dernier qu’elle a offert de reprendre, à ses frais, les recherches pour retrouver le vol MH370. Ocean Infinity a dit espérer que la Malaisie acceptera son offre de poursuivre les opérations avec des drones sous-marins rapides, sophistiqués et équipés de sonars.

La compagnie a confirmé par courriel qu’elle a offert d’assumer tous les risques financiers d’une reprise des recherches.

Le groupe Voice370, qui représente les familles des 239 personnes qui se trouvaient à bord du Boeing 777, a dit qu’en vertu de l’offre soumise en avril, Ocean Infinity «ne recevrait probablement une récompense que si elle trouve les débris». Le groupe se demande ensuite pourquoi la Malaisie n’a pas encore accepté cette offre «gagnant-gagnant».

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!