The Associated Press Des volontaires recherchent des victimes dans les décombres à Regent, à proximité de la capitale Freetown.

FREETOWN, Sierra Leone — Les survivants qui fouillaient samedi les débris laissés par les coulées de boue ayant frappé la Sierra Leone ont été confrontés au fait que la plupart, sinon l’entièreté, des personnes portées disparues ne seront pas retrouvées vivantes.

Le bilan des morts dépasse déjà les 450 victimes après les coulées de boue qui ont ravagé la capitale, Freetown, tôt lundi.

Ce nombre pourrait atteindre plus de 600 morts, craint le sous-ministre de l’Information, Cornelius Deveaux.

Au moins 122 victimes sont des enfants et un nombre similaire sont maintenant orphelins, selon le groupe Save the Children. Des milliers de personnes ont perdu leur toit.

Les efforts de secours s’intensifiaient samedi, mais les autorités ont prévenu que les chances de retrouver d’autres survivants «s’amenuisent tous les jours».

Des inhumations de masse se sont amorcées cette semaine, tandis que le temps pluvieux faisait planer la menace d’une autre catastrophe.

Plusieurs des secteurs pauvres de la capitale sont vulnérables aux inondations pendant la saison des pluies, notamment en raison d’une déforestation sauvage et de canaux de drainage bloqués par les détritus.

M. Deveaux a assuré que le gouvernement était conscient des menaces à la santé publique, comme l’éclosion d’épidémies. Un avion devait arriver plus tard samedi avec du matériel de secours, notamment médical.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!