The Associated Press Des vents violents soufflent déjà à Miami.

MIAMI — Le gouverneur de la Floride, Rick Scott, presse toute la population qui se trouve dans les zones d’évacuation au sud-ouest de l’État de quitter les lieux avant midi samedi. La menace de l’ouragan Irma, qui a changé sa trajectoire, vise désormais directement l’ouest de la péninsule.

Rick Scott prévient les résidents que la tempête se déplacera plus vite qu’eux et que les vents sont sur le point de frapper.

Selon le gouverneur, 25 000 personnes sont déjà privées d’électricité. Il affirme aussi que les marées de tempête vont faire grimper le niveau d’eau entre deux et quatre mètres, ce qui pourrait inonder de nombreuses habitations.

Le Centre national américain des ouragans a confirmé plus tôt qu’il devient de plus en plus évident que l’oeil du puissant ouragan Irma va balayer les Keys, le sud-ouest de la Floride et la région de Tampa dimanche matin, mais que tout l’État va subir les effets de la tempête.

Sa trajectoire semble avoir dévié, alors qu’on l’attendait sur la côte-est, près de Miami, c’est maintenant la côte ouest de l’État qui pourrait être la plus touchée, de même que les Keys.

Des détenus évacués

Les autorités de la région des Keys ont évacué 460 détenus et 125 agents correctionnels d’une prison de Stock Island vers des installations du comté de Palm Beach.

Par voie de communiqué, une porte-parole a précisé que le shérif Rick Ramsey a pris cette décision vendredi soir en raison du changement de trajectoire de l’ouragan Irma. Le centre de détention de Stock Island est situé près de Key West dans la partie la plus au sud de l’archipel.

Les détenus et le personnel ont été déplacés à bord d’autobus, tôt samedi matin. La prison serait tout de même construite pour faire face à un ouragan de catégorie 5.

Selon le shérif Ramsey, évacuer autant de détenus aussi rapidement représente tout un défi, mais le convoi aurait pris la route sans incident.

Miami encore en état d’alerte

Le maire de Miami Dade, Carlos Gimenez, prévient cependant ses concitoyens de continuer de respecter toutes les mesures de sécurité, puisque l’ouragan demeure imprévisible.

D’après le météorologiste et porte-parole Dennis Feltgen, Miami ne devrait pas se retrouver dans le coeur de l’ouragan, mais va tout de même vivre des conditions très dangereuses et menaçantes pour la survie des gens sur place.

L’ouragan rétrogradé en catégorie 4 a durement frappé Cuba, samedi, avec des vents dont la vitesse soutenue atteignait 215 km/h. On s’attend à ce que la tempête reprenne encore plus de vigueur avant de rejoindre la Floride. Irma se trouverait à environ 365 kilomètres de Miami.

Plus du quart de la population de la Floride est touchée par un ordre d’évacuation, soit 5 millions et demie de personnes.

Plusieurs résidents refusent de quitter leurs demeures. C’est le cas pour de nombreux citoyens qui habitent dans des maisons mobiles ou des roulottes. À Miami, des policiers à bord de leurs véhicules de patrouille circulent dans les parcs de maisons mobiles et exhortent les résidents à respecter l’ordre d’évacuation et à ne pas risquer leur vie.

De leur côté, les ressortissants canadiens qui se trouvent en Floride peuvent compter sur l’aide du gouvernement canadien. C’est ce qu’a assuré vendredi le premier ministre Justin Trudeau, précisant que les autorités canadiennes sont mobilisées pour leur venir en aide.

Irma a fait au moins 22 morts dans les Caraïbes, et provoqué des dégâts majeurs, notamment sur les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Ils dépasseraient les 1,5 milliard de dollars.

Plus d’un millier de militaires et civils ont été déployés dans ces deux îles pour les opérations de secours, de nettoyage et de reconstruction.

De leur côté, Haïti, la République dominicaine et Porto Rico ont été relativement épargnés.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!