The Associated Press Les dommages causés par Irma à Saint-Martin sont considérables.

LA HAVANE — La Direction de la protection civile d’Haïti confirme un premier décès lié aux intempéries causées par le passage de l’ouragan Irma, alors que l’aide continue d’arriver aux Caraïbes.

Selon un rapport publié lundi, un homme aurait été retrouvé mort dans la ville de Mirebalais situé dans le département du Centre. Selon un porte-parole, l’homme identifié comme étant Guillaume Albert Moleon serait décédé après avoir tenté de traverser une rivière au débit gonflé par la pluie.

Au moins 35 personnes ont perdu la vie à Anguilla, à Barbuda, sur l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin, à Saint-Barthélemy, à Cuba, ainsi qu’aux îles Vierges britanniques et américaines et maintenant en Haïti.

Les habitants rapportent des pénuries d’eau, de nourriture et de médicaments, et plusieurs dénoncent des actes de pillage.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a défendu la réponse de son gouvernement face à cette «catastrophe sans précédent» et il a promis d’augmenter le financement des opérations de secours. La marine britannique a déployé un navire et quelque 500 hommes pour secourir les îles Vierges britanniques, Anguilla et les îles Turks et Caicos dévastées par la tempête.

Un autre navire fait route depuis la Méditerranée et 50 policiers ont été envoyés pour aider à maintenir l’ordre. Le ministère de la Défense dit que les soldats ont déjà distribué une aide d’urgence, réalimenté l’hôpital en électricité, dégagé les routes et rouvert les pistes de l’aéroport.

Au moins cinq personnes sont mortes sur les territoires britanniques.

Le gouvernement américain a annoncé l’envoi d’un avion, lundi, pour évacuer ses ressortissants de l’île de Saint-Martin.

Un navire du croisiériste Royal Carribean est attendu près de Saint-Martin pour contribuer aux opérations de secours. Il amène notamment une grue de cinq tonnes capable de débarquer des conteneurs remplis d’aide humanitaire. Un navire militaire français est attendu mardi avec le nécessaire pour ériger des abris temporaires.

Environ 70 pour cent des lits du principal hôpital de la portion française de l’île ont été lourdement endommagés, et plus de 100 patients ayant besoin de soins urgents ont été évacués. Huit des 11 pharmacies du territoire ont été anéanties et la Guadeloupe lui envoie des médicaments.

Le président français Emmanuel Macron est attendu à Saint-Martin mardi. Il amènera des biens d’urgence et répondra à ceux qui lui reprochent de ne pas en avoir fait assez en réponse à la tempête.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a dit que «tout le gouvernement a été mobilisé» pour venir en aide aux sinistrés et que le pillage rapporté dans la foulée du passage d’Irma a cessé. La tempête a fait dix morts à Saint-Martin.

Cuba dévastée

Les bâtiments historiques, mais souvent en décrépitude, de La Havane et d’autres régions du pays n’ont pas pu résister aux vents et à la pluie de l’ouragan Irma. Les autorités ont confirmé, lundi, que trois autres victimes étaient mortes après avoir reçu des objets en mouvement ou à la suite de noyades. Ce qui porte le compte à dix décès, le pire bilan depuis l’ouragan Dennis en 2005.

Les résidents de La Havane disent souvent que les immeubles mal entretenus de la ville ne sont toujours qu’à un ouragan près de s’effondrer. Cet ouragan est arrivé samedi dernier, quand Irma a frappé la côte nord de l’île. Elle a fait entrer des vagues de plus d’un mètre jusqu’à six pâtés de maisons au coeur de La Havane en plus de faire souffler des vents de 100 km/h.

Les dommages ne sont pas limités à la capitale. Dans une petite ville côtière de la région de Matanzas, une centaine d’habitations ont été rayées du paysage, laissant des centaines de personnes à la rue.

À Cuba, certains secteurs de La Havane ont été inondés jusqu’à 500 mètres des rives. Au moins dix personnes ont perdu la vie, malgré l’évacuation de plus d’un million de personnes des secteurs vulnérables aux inondations.

Le quotidien communiste Granma rapporte la destruction de l’aéroport Jardines del Rey, qui desservait le nord de l’île.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!