AP

KUALA LUMPUR, Malaisie — Un incendie qui s’est déclaré dans une école coranique en banlieue de Kuala Lumpur, en Malaisie, a fait 23 morts, dont une majorité d’adolescents.

Des pompiers et des témoins ont décrit des garçons qui hurlaient à l’aide derrière des grillages de sécurité sur les fenêtres. Plusieurs corps calcinés ont ensuite été retrouvés recroquevillés dans des coins.

Un enseignant, Arif Mawardy, a dit avoir été réveillé par ce qu’il croyait être le bruit d’un orage. Il a ensuite réalisé qu’il s’agissait de gens qui criaient.

Les pompiers ont été alertés à 5 h 41, heure locale. Ils ont ensuite mis une heure à éteindre les flammes qui ont éclaté au dernier des trois étages de l’école.

Le chef de la police de Kuala Lumpur, Amar Singh, a dit que 23 corps calcinés ont été récupérés, soit 21 garçons âgés de 13 à 17 ans et deux enseignants. Les corps sont si méconnaissables que des analyses génétiques seront nécessaires pour les identifier.

Quatorze autres étudiants et quatre enseignants ont été secourus. Six étudiants et un résidant ont été hospitalisés. Quatre d’entre eux se trouvent dans un état critique.

Les adolescents se sont retrouvés coincés à l’intérieur de leur dortoir, puisque les flammes ont pris naissance près de la seule porte de sortie et que les fenêtres comptent des grillages.

C’est un court-circuit qui aurait causé l’incendie, selon un responsable du service des incendies.

L’étage où dormaient les enfants avait subi des modifications illégales et ne comptait plus qu’un seul point d’accès.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!