VATICAN — Le Vatican a rappelé un prêtre qui travaillait à son ambassade des États-Unis quand les responsables américains ont demandé qu’il fasse l’objet d’accusations dans une affaire de pornographie juvénile.

Le diplomate est soupçonné d’avoir eu en sa possession, mais non d’avoir fabriqué ou distribué, des images pornographiques présentant notamment des enfants prépubères.

Le Vatican a refusé d’identifier le prêtre, se contentant de dire qu’il se trouve actuellement à Rome et que les autorités vaticanes ont lancé leur propre enquête.

Cette affaire pourrait se révéler épineuse pour le pape François, qui a promis une «tolérance zéro» dans les affaires d’agression sexuelle.

Ce prêtre deviendrait le deuxième membre de la diplomatie vaticane à être accusé d’inconduite sexuelle depuis le début du pontificat de François. Le Vatican a rappelé en 2013 son ambassadeur en République dominicaine, qui était accusé d’avoir agressé de jeunes garçons sur cette île des Caraïbes. Le cardinal Jozef Wesolowski a éventuellement été expulsé du clergé, mais il est décédé avant la tenue de son procès criminel au Vatican.

Le département d’État des États-Unis affirme que le Vatican a refusé d’annuler l’immunité diplomatique du prêtre. Une telle requête est présentée uniquement lorsque les avocats du département sont convaincus de la solidité de leur dossier.

Le grand argentier du Vatican, le cardinal australien George Pell, est en procès dans son pays natal concernant des gestes de nature sexuelle qui auraient été posés il y a des dizaines d’années.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!