Carlos Giusti Carlos Giusti / The Associated Press

SAN JUAN, Porto Rico — L’ouragan Maria, le plus puissant à frapper Porto Rico en plus de 80 ans, a détruit des centaines de maisons, engendré des inondations désastreuses et coupé l’électricité dans l’ensemble de ce territoire américain mercredi.

Depuis, le Centre national américain des ouragans a levé l’avertissement d’ouragan qui était en vigueur pour Porto Rico.

L’organisme a indiqué tard mercredi soir que Maria se trouvait maintenant à 85 kilomètres au nord-est de Punta Cana, en République dominicaine, avec des vents soutenus de 175 kilomètres/heure.

L’ouragan devrait passer au nord-est de côte de la République dominicaine jeudi. Maria devrait ensuite se diriger vers les îles Turks-et-Caicos et les Bahamas jeudi soir et vendredi.

Après avoir fait au moins neuf morts dans les Caraïbes, Maria a touché terre mercredi matin dans la ville côtière de Yabucoa, à Porto Rico, en tant que monstre de catégorie 4 générant des vents de 250 kilomètres/heure.

Le Centre national des ouragans des États-Unis a annoncé plus tard dans la journée que Maria avait perdu son statut d’ouragan majeur, passant à la catégorie 2. Les météorologues préviennent cependant que la tempête pourrait retrouver sa puissance maintenant qu’elle s’apprête à déferler au large de la République dominicaine.

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a signalé que l’île n’avait jamais vécu d’événement d’une telle ampleur dans son histoire moderne. Maria est le premier ouragan de catégorie 4 à frapper Porto Rico depuis 1932.

Il s’agit de la deuxième fois en autant de semaines que Porto Rico est balayé par un ouragan.

Maria a renversé des tours cellulaires, arraché des toits et abattu des arbres, en plus de laisser tomber au moins 50 centimètres de pluie.

Les responsables portoricains avaient prévenu que l’infrastructure électrique décrépite de l’île n’y résisterait pas et que des dizaines de communautés devraient être reconstruites.

Le gouverneur Rossello a déclaré sur les ondes du réseau télévisé CNN, mercredi soir, qu’un mort avait été rapporté mais qu’il était encore impossible de dresser un bilan du nombre des victimes puisque la communication était interrompue sur l’île.

Le gouverneur a instauré un couvre-feu de 18 heures à 6 heures tous les jours jusqu’à samedi pour permettre aux équipes d’urgence de répondre aux besoins, a indiqué M. Rossello.

La Dominique dévastée

Un conseiller du premier ministre de la Dominique a fait savoir mercredi qu’au moins sept personnes y avaient perdu la vie à cause de l’ouragan. Hartley Henry n’a pas fourni plus de détails, mais a affirmé que son pays était en «état de choc» — sans électricité et pratiquement sans communications. Il a rapporté des «dommages énormes aux habitations et aux immeubles publics».

L’oeil de l’ouragan est passé au-dessus de l’île de la Dominique tard lundi.

Sur sa page Facebook, le premier ministre Roosevelt Skeritt a écrit que des informations préliminaires laissaient présager une dévastation presque généralisée de l’île de la Dominique.

Sur l’île voisine de la Martinique, les autorités ont rapporté qu’environ 25 000 foyers étaient sans électricité après le passage de Maria.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, Éric Maire, le préfet de la Guadeloupe, a mentionné que plusieurs routes et maisons étaient inondées.

Environ 40 pour cent de l’île — ce qui représente 80 000 résidences — était sans électricité mercredi.

Les autorités en Guadeloupe déplorent un mort: une personne qui a été écrasée par la chute d’un arbre. Deux autres personnes sont portées disparues depuis que leur bateau a coulé au large de l’île La Désirade, à l’est de la Guadeloupe.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!