SAN JUAN — Une journée après le passage de l’ouragan Maria à Puerto Rico, qui a inondé des villes entières, détruit des maisons et tué au moins deux personnes sur l’île, des millions de citoyens font maintenant face à la possibilité d’être entièrement privé d’électricité pendant des semaines et peut-être même des mois.

«Vous ne pouvez pas vivre ici sans électricité», a déclaré Hector Llnaos, un policier retraité de 78 ans qui a prévu partir samedi pour le continent américain, pour s’y installer temporairement.

Comme beaucoup de Portoricains, Llanos n’a pas de génératrice ni de cuisinière à gaz. «J’ai seulement une lampe de poche», a-t-il dit en secouant la tête. «La situation ne va jamais revenir à la normale».

On rapporte des arbres déracinés, des toits arrachés, des glissements de terrain et des inondations partout sur le territoire américain. L’ouragan était si puissant que des balcons de ciment ont été pulvérisés et des clôtures de métal tordues.

Le nombre de morts causés par Maria dans les Caraïbes a grimpé à au moins 19 dont au moins 15 en Dominique. À Puerto Rico, le gouvernement a rapporté qu’au moins deux personnes avaient été tuées, mais les médias de l’île faisaient état de davantage de décès.

Des dizaines de communautés sont coupées du monde depuis que l’ouragan et ses vents de 250 kilomètres/heure ont matraqué l’île mercredi matin. Quatre-vingts pour cent des maisons d’un petit village de pêcheurs situé près de la baie de San Juan ont été anéanties.

Les inondations et les arbres déracinés bloquent les rues et les autoroutes, forçant les automobilistes à multiplier les détours et parfois même à rouler à contresens. Des policiers munis de haut-parleurs rappellent à la population de respecter le couvre-feu imposé par le gouverneur de 18 h à 6 h afin d’assurer la sécurité de tous.

Le président américain Donald Trump a approuvé une déclaration fédérale de désastre pour Porto Rico.

Maria a balayé la Dominique lundi et mardi en tant que monstre de catégorie 4, détruisant des centaines de demeures et coupant toutes les communications sur l’île.

Jeudi, le premier ministre Roosevelt Skerrit a signalé que 20 personnes manquaient toujours à l’appel. Il a déclaré que son pays «aura besoin de toute l’aide que le monde a à offrir».

L’ouragan doit s’approcher des îles Turks-et-Caicos et des Bahamas vendredi matin. De là, il devrait se dissiper dans l’océan Atlantique, sans constituer une menace pour le territoire continental des États-Unis.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!