Andrew Harnik / The Associated Press

SAN JUAN — Le président Donald Trump a souligné le faible nombre de décès à Porto Rico comparativement à «une véritable catastrophe comme Katrina», mardi, au moment d’amorcer sa visite de l’île dévastée par l’ouragan Maria.

Arrivé à Porto Rico près de deux semaines après le passage dévastateur de l’ouragan, le président des États-Unis a fait l’éloge des secouristes dépêchés par son administration et, dans une moindre mesure, des autorités portoricaines, après avoir précédemment traité les dirigeants locaux d’«ingrats aux motivations politiques».

Donald Trump a promis de faire tous les efforts pour aider les résidants de l’île, mais il a ajouté: «Je déteste devoir vous dire ça, mais vous avez mis notre budget un peu hors de contrôle parce que nous avons dépensé beaucoup d’argent à Porto Rico. Et c’est correct, nous avons sauvé beaucoup de vies.»

M. Trump a déclaré aux dirigeants et travailleurs rassemblés dans un hangar d’aviation que c’est grâce aux efforts des secouristes que l’ouragan Maria a fait si peu de morts — on lui avait parlé de 16 ou 17 victimes, un bilan augmenté à 34 morts par la suite — à Porto Rico, un territoire américain.

Le gouverneur de Porto Rico a indiqué mardi soir que le bilan officiel des victimes de l’ouragan Maria s’était alourdi à 34 morts.

Le gouverneur Ricardo Rossello a aussi dit croire que l’ouragan avait causé des dommages de 90 milliards $ sur l’île.

«Chaque décès est horrible, a dit M. Trump, mais si l’on regarde une véritable catastrophe comme Katrina et qu’on regarde les centaines et les centaines de personnes qui sont mortes et qu’on regarde ce qui s’est passé ici, (…) personne n’a jamais vu quelque chose comme ça.»

Jusqu’à 1800 personnes étaient mortes en 2005 lorsque l’ouragan Katrina avait frappé La Nouvelle-Orléans.

Le président a précisé que cette visite à Porto Rico n’était pas «à propos de lui», mais il a remercié tous les représentants locaux pour leurs bons mots sur les efforts de reconstruction de l’île.

La mairesse de San Juan présente

Celle qui avait le plus durement critiqué la réponse de l’administration Trump après le passage de Maria à Porto Rico, la mairesse de San Juan Carmen Yulin Cruz, a assisté au premier événement du président dans le hangar de l’aéroport, serrant la main de M. Trump avant de s’asseoir dans l’ombre d’un énorme avion militaire. Il lui a demandé comment elle allait, mais sa réponse a été inaudible.

Quelques jours plus tôt, Mme Cruz avait accusé l’administration Trump de «nous tuer avec son inefficacité» et imploré le président de «s’assurer que quelqu’un haut placé est prêt à s’atteler à la tâche de sauver des vies».

Avant de quitter Washington, le président avait déclaré que les Portoricains qui trouvent la réponse fédérale insuffisante «doivent nous donner plus d’aide».

Au cours des quelques heures passées à Porto Rico, Donald Trump a visité des maisons de citoyens préalablement sélectionnés, a participé à une distribution de lampes de poche dans une église et a dû faire face à un petit noyau de protestataires qui ont dénoncé ses critiques envers leurs représentants locaux.

Près de deux semaines après l’ouragan Maria, 95 pour cent des clients demeurent toujours sans électricité à Porto Rico, incluant certains hôpitaux. Les gens dans les régions éloignées sont toujours dans une situation précaire en raison du manque d’eau potable et de nourriture.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!