AP Photo/Francisco Seco

BARCELONE, Espagne — Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées dimanche au centre-ville de Barcelone pour manifester contre le projet du gouvernement régional de Catalogne de déclarer unilatéralement l’indépendance. Cette marche est la plus grande mobilisation pro-unité depuis la montée du mouvement indépendantiste du nord-est du pays qui a poussé l’Espagne au bord d’une crise nationale.

Selon les autorités policières de Barcelone, 350 000 personnes ont pris part à la manifestation. Du côté des organisateurs, la Societat Civil Catalana, on avance le chiffre de 930 000 participants.

Des chiffres semblables à ceux des rassemblements pro-indépendance observés au cours des dernières années.

De nombreux marcheurs ont brandi des drapeaux aux couleurs de l’Espagne, de la Catalogne et de l’Union européenne. En plus de réclamer l’arrestation du président catalan Carles Puigdemont, ils ont scandé des slogans comme: «Retrouvons notre bon sens!» et «Détrompez-vous, la Catalogne c’est l’Espagne».

Le grand rassemblement de dimanche survient exactement une semaine après la tenue du référendum controversé sur l’indépendance de la Catalogne. Le gouvernement régional avait décidé d’aller de l’avant malgré que l’exercice ait été déclaré illégal par Madrid et suspendu par le Tribunal constitutionnel espagnol.

D’après les autorités catalanes, le «oui» aurait obtenu 90 pour cent des voix lors du référendum, mais en raison de l’abstention des loyalistes et de la saisie d’un certain nombre d’urnes, seulement 43 pour cent des 5,3 bulletins ont été comptabilisés.

Le scrutin a été entaché par des gestes de violence policière commis par la police d’État espagnole à l’intérieur des bureaux de vote. Des centaines de citoyens ont été blessés.

Le président catalan Carles Puigdemont a promis d’aller de l’avant avec la déclaration d’indépendance. Il doit s’adresser au parlement régional ce mardi pour faire le point sur la situation politique actuelle.

Du côté de l’Espagne, le premier ministre Mariano Rajoy a juré que son gouvernement ne permettrait pas à la Catalogne de scinder le pays. La région du nord-est représente un cinquième de l’économie de l’Espagne.

Dans une entrevue au journal El Pais, publiée dimanche, Mariano Rajoy dit envisager toutes les mesures permises par la loi pour stopper le mouvement sécessionniste.

Des actions qui incluent l’application de l’article 155 de la constitution espagnole, qui permet au gouvernement central de prendre le contrôle d’une région si le gouvernement régional ne respecte pas la constitution.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!